DYWIDAG-SYSTEMS INTERNATIONAL
Cliquez pour agrandir
Tirants permanents DYWIDAG dans le permafrost du Grossglockner, à de 3.454 m d’altitude

Tirants permanents DYWIDAG dans le permafrost du Grossglockner, à 3.454 m d’altitude

La cabane du Erzherzog Johann est la plus haute des Alpes de l’est. Elle se trouve au sud-est du Grossglockner à la «Adlersruhe», à 3.454 m d’altitude, au centre du parc national «Hohe Tauern», sur la frontière entre le Tyrol et Kärnten, en Autriche. Construite en 1880 en maçonnerie sèche, elle a été agrandie par plusieurs étapes, au cours des décennies suivantes. Les nouvelles parties ont été construites en charpente métallique ou en bois.

Dans les parties nord et est, qui sont les plus anciennes de l’immeuble, une fissuration des murs de plus en plus sévère, ainsi que des tassements et des venues d’eau ont été observés à l’intérieur de l’édifice, ce qui en a même rendu inutilisables quelques zones, pendant les dernières années.

Des fissures de plusieurs centimètres de large se sont ouvertes jusqu'à 60 cm de profondeur, et plusieurs mètres de longueur, en particulier du côté aval de la cabane.

À partir de ces phénomènes, il a fallu conclure à des déplacements permanents en direction aval, en particulier des parties basses – et anciennes – du bâtiment. Le sous-sol est constitué de vulcanites épaisses, qui se présentent, aujourd’hui, comme parasinites verts, schistoïdes, fortement fissurés. Du côté nord et est et, probablement, en dessous de la cabane se présentent des débris contenant des blocs d’environs 1m, et, en fonction de la profondeur, des cailloux et des sables. Les interstices et les pores de ce terrain sont, pour la plupart, remplies de glace, ce qui réduit le contact des grains entre eux – en bref, il s’agit d’un terrain de permagel. La pente du terrain est d’environ 25 ° vers l’est. Le toit rocheux se trouve entre 2 et 3 à 4 m en dessous de la surface du terrain. La roche de base est fissurée sur les premiers deux mètres, puis solide et stable.

Comme l’édifice est fondé, partiellement, sur du rocher solide et sur le terrain instable, la solution évidente était de stabiliser les zones basses du bâtiment, de préférence par des tirants d’ancrage inclinés et des micro-pieux scellés dans la roche solide, sans procéder à des mesures de soutènement directe des parois de l’immeuble.

Une longrine en béton armé a été réalisée le long de la base de l’immeuble, fondée par 9 pieux acier BSt 500 S, longs de 7 m. Sur cette poutre horizontale, 4 plots d’appui pour les tirants permanents DYWIDAG toron ont été bétonnés contre le mur de l’immeuble (tirants 5 T 15, charge utile 550 kN, longueur libre 18,5 m, longueur scellée 9 m).

À cause de l’altitude élevée de presque 3.600 m du site, il a fallu amener tous les matériaux de construction par hélicoptère, au total environs 150 tonnes.

Les températures basses du rocher ont nécessité une attention particulière, en vue des injections au coulis de ciment. Par le procédé de forage au marteau, on a pu «préchauffer » les alentours du trou de forage, et y atteindre une température de +3 à 5 °C. Les injections ont été effectuées avec du coulis préchauffé, à prise rapide. Tous les tirants et tous les pieux ont subis un essai de chargement systématique selon ÖNORM B 4455, avec succès.

dsi map overlay